Welthauptstadt Germania !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Welthauptstadt Germania !!!

Message  Admin le Sam 29 Déc - 17:30

Welthauptstadt Germania, c'est-à-dire Germania, capitale du monde !







ce nom n'a jamais été utilisé, ni officiellement, ni officieusement, même par Hitler. Le nom réel du projet et à ce titre utilisé par ceux qui ont participé à son élaboration était : Gesamtbauplan für die Reichshauptstadt.
L'idée de donner à Berlin le nom de Germania apparaît dans un propos de table du 8 juin 1942 relevé par Henry Picker : Hitler souhaitant réunir les peuples germaniques au sein du Reich, il exprima le désir de donner à la capitale et centre de gravité de ce nouvel ensemble germanique le nom de Germania.
Quant à l'expression Welthauptstadt (capitale du monde ou capitale mondiale), elle apparaît dans des propos tenus par Hitler dans la nuit du 11 au 12 mars 1942 dans lesquels il expliqua que Berlin dans le futur, ne pourrait être comparé qu'aux cités de l'Ancienne Égypte, à Babylone ou à Rome et non à Londres et Paris.









Adolf Hitler était convaincu de l’importance de la culture dans la création d’un empire pérenne. La réalisation de travaux gigantesques aurait aussi inscrit l’Allemagne dans l’histoire. La reconstruction de Berlin faisait partie de sa vision pour le futur de l’Allemagne après la victoire programmée dans la Seconde Guerre mondiale. Hitler connaissait sur plan de nombreux édifices étrangers des différentes capitales du monde, spécialement Paris et Vienne. Il souhaitait voir Berlin dotés de tels édifices mais en plus grand et selon une esthétique propre. Berlin devait posséder de grands bâtiments emblématiques témoignant de la puissance de l'Allemagne et reflétant la vision du monde national-socialiste. De ce point de vue, des bâtiments politiques, militaires, administratifs et économiques étaient prévus mais en revanche aucun bâtiment religieux chrétien.
Évoquant l'un des principaux bâtiments de Germania, le futur palais du Führer, Hitler justifia le caractère grandiose du projet par des motivations politiques, à savoir donner à ses successeurs les moyens d'une grande politique en dépit des faiblesses personnelles prévisibles de certains d'entre eux ... lui-même n'avait pas besoin d'un tel apparat mais il serait en revanche utile aux führers des temps futurs. Il affirma ainsi à son architecte : "Ceux" qui me succéderont un jour, ceux-là auront bien besoin d'un tel apparat. Pour beaucoup d'entre eux ce sera la seule façon de se maintenir. On ne saurait croire le pouvoir qu'acquiert sur ses contemporains un petit esprit quand il peut profiter d'une telle mise en scène. De tels lieux, quand ils seront empreints d'un passé historique, élèvent même un successeur sans envergure à un rang historique. Voyez-vous, c'est la raison pour laquelle nous devons construire tout cela de mon vivant, afin que j'aie vécu là et que mon esprit confère une tradition à cet édifice ! ».







Hitler justifia enfin ses projets architecturaux par la volonté de doter le régime de ses propres bâtiments ; il trouvait absurde et indigne que les gouvernements républicains s'installent dans d'anciennes résidences princières, royales ou impériales et ne construisent pas de nouveaux bâtiments. Ainsi, à Berlin, la présidence de la République avait été installée dans l'ancienne résidence du maréchal de cour.







Hitler demanda que paraisse un décret conférant à Albert Speer des pouvoir très étendus et le plaçant directement sous ses ordres, sans qu'il n'ait de compte à rendre au maire et au gauleiter de Berlin. Albert Speer, « le premier architecte du Troisième Reich » selon Hitler fut nommé "Inspecteur général de la Construction" (Generalbauinspektor ou GBI, initiales désignant aussi l'organisme dirigé par Speer) chargé de la transformation de la capitale du Reich. Speer demanda à traiter cette commande comme architecte indépendant et non comme fonctionnaire.
Albert Speer constitua un petit groupe de collaborateurs rassemblés dans plusieurs services: une agence de planification chargée de l'aménagement de la ville, le bureau central traitant des questions financières, juridiques et administratives et l'Office général de la Construction, gérant la voirie, assurant les travaux de démolition, entretenant les relations avec les entreprises en bâtiment. Il fit appel aux architectes qu'il considérait comme les meilleurs d'Allemagne : Paul Bonatz, Wilhelm Kreis, German Bestelmeyer, Peter Behrens, pourtant très mal vu par certains cercles nationaux-socialistes en raison de son radicalisme et qui fut néanmoins accepté par Hitler. Comme sculpteurs, Albert Speer fit appel à Josef Thorak et Arno Breker.









Albert Speer promit à Adolf Hitler que les travaux seraient terminés en 1950. Il évalua le coût de l'opération à une somme comprise en 4 et 6 milliards de Reichsmarks ... cette somme ne lui paraissant pas utopique car 500 millions de Reichsmarks par an représentait un vingt-cinquième du volume total des dépenses de construction en Allemagne à l'époque. Ces 500 millions à trouver chaque année devait être prélevés non sur une seule ligne budgétaire mais sur un nombre maximal de budgets : chaque service public devait participer à l'effort collectif ... selon Hitler, à l'origine de cette astuce, ainsi répartie la dépense devait passer inaperçue et les recettes à venir provenant des droits d'entrée des visiteurs du monde entier devaient permettre d'amortir les frais de construction rapidement.
Le projet prévoyait une réorganisation totale de la ville autour de deux axes : Nord-Sud (Nord-Süd-Achse) et Est-Ouest (Ost-West-Achse), aussi bien sur le plan de l'architecture que de l'urbanisme. Une grande restructuration ferroviaire était prévue.







Du fait de la guerre et de la défaite de l'Allemagne nationale-socialiste, seuls quelques éléments du projet ont été réalisés :

la création d’un grand axe dans la ville, qui incluait l’élargissement de l’Unter den Linden ;
la construction d'une autoroute sous l'axe Est-Ouest (dont 10 % ont été effectivement réalisés) ;
le placement de la Siegessäule au centre, loin du Reichstag, où il était placé à l’origine, ont été effectués ;
le Stade olympique pour les Jeux olympiques d'été de 1936 ;
la nouvelle Chancellerie qui comportait un vaste hall conçu pour être deux fois plus long que la galerie des Glaces du château de Versailles et qui fut détruite après la guerre, le marbre ayant été réutilisé pour bâtir le Mémorial soviétique de Tiergarten.


Lars Olof Larson : Albert Speer : le plan de Berlin (1937-1943), Archives d'Architecture Moderne, Bruxelles, 1983



































quelques videos sympas ...




avatar
Admin
Admin

Messages : 1102
Date d'inscription : 17/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://ww2-germanarmy.conceptbb.com

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum